Retrouvez les coulisses de ZigZag sur logo FB

Accueil > Edito > La pruderie n’est pas la pudeur

19
nov

La pruderie n’est pas la pudeur

par Caroline Gaudriault

Dix-huit heures. Il aura fallu 18 h à Facebook pour censurer un nu artistique photographique pourtant exposé dans plusieurs musées du monde. La photographie de Gérard Rancinan actuellement présentée aux Beaux Arts de Lille et représentant deux femmes nues s’embrassant aura été tout d’abord censurée par le réseau Instagram puis malgré l’insistance de son auteur, elle aura été retirée au bout de quelques heures sur le réseau Facebook.
Plusieurs artistes ont subi le même sort. Et plusieurs internautes ont tenté de défier ou de déjouer les censeurs. L’artiste allemand Olli Waldhauer a diffusé une photo d’un couple mêlant nudité et acte raciste avec la mention : « Une de ces personnes viole les règles de Facebook. » Il demandait simplement à être censuré pour l’acte raciste divulgué et non pour la nudité affichée. Deux heures plus tard, la photo était retirée pour cause de nudité.
Un suédois a quant à lui publier des photos de nus féminins où les mamelons de femmes sont remplacés par des mamelons d’hommes. La blague est passée. Par la dérision, il est donc possible d’afficher le corps féminin.

Pendant ce temps, les pires images et vidéos de djihadistes, kalachnikovs à la main, hurlant leurs menaces, riant à la barbe du monde et trainant des corps de « mécréants » étaient encore sur ces réseaux dont les morceaux choisis nous posent franchement question aujourd’hui.

Assigné par la justice française pour avoir censuré le tableau de Courbet « la naissance du monde », Facebook avait revu ses règles et les avait « assouplies » : « Nous limitons certaines images de poitrines féminines si elles montrent le mamelon mais nous autorisons les photos de peintures, sculptures et autres œuvres d’art illustrant des personnages nus. » En clair, l’image de la femme peut être montrée dans sa virginité lorsqu’elle est une représentation ancienne mais lorsqu’il s’agit d’une femme contemporaine, elle ne peut être représentée que vêtue ou même voilée ou même entièrement couverte d’un niqab ou d’une burqa. Alors évidemment se pose la question du relativisme : qu’est ce qui choque qui ? Pour les réseaux sociaux américains dont on ne peut nier l’influence mondiale, il est clair qu’une femme au sein nue est plus choquante qu’une femme entièrement recouverte. Pour d’autres, la femme qui s’assume est moins choquante que celle qui se nie !

Au-delà du relativisme du regard, il y a bien entendu en parallèle les autres photographies. Et c’est là que les choses deviennent doublement choquantes. Il y a les photos des djihadistes, armes à la main. Il y a les vidéos des imams, celui de Brest par exemple prônant devant des enfants français des propos tout à fait choquant sur une attitude à adopter. Il y a les vidéos de certains musulmans radicalisés qui invitent à la même radicalisation. Il y a les relais sur les propos de prédicateurs intégristes qui ont pris la parole, comme par exemple au Salon de la femme musulmane, tenue à Pontoise en septembre dernier pour dire entre autre que « Si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là » ( !). Il y a aussi simplement les portraits des terroristes qui ont ensanglanté et traumatisé la France entière, avec leur identité, les montrant, certes malencontreusement mais inévitablement comme des héros. (A l’époque romaine, lorsqu’un criminel avait commis un méfait, sa punition était de ne jamais mentionner son nom ni montrer son portrait pour le laisser dans l’anonymat le plus complet et rendre son acte d’une inutilité assourdissante).
Et oui, il y cela sur facebook. Encore aujourd’hui quand les photographies de nus n’y sont plus. Et pourtant, dans le règlement de ces réseaux sociaux, il est fait mention que les discours incitant à la haine sont bannis au nom du respect d’autrui ( !).

Quand on pense à la portée internationale et au quasi monopole de mise en relation sociale du réseau américain Facebook (à part quelques pays comme la Chine qui a développé son propre réseau national), cela pose question sur l’influence qu’il suscite sur les mentalités dans le monde. En dictant des règles de manière autoritaires selon leurs propres et uniques critères, comment ne pas penser que ces nouveaux médias aussi puissants que des organes de presse, n’imposent pas leur propre vision du monde et de la pensée ?
Les réseaux sont entrés dans les maisons, dans les intimités, dans les échanges, dans les confidences. Insidieusement, pernicieusement, cette censure programmée est entrée dans les habitudes de chacun et modifie petit à petit le comportement des utilisateurs qui n’ont pas de moyen de se rebeller car la censure est nette : compte bloquée et s’il y a insistance de l’utilisateur, son compte est tout bonnement éliminé.

Qu’est-ce qui est le plus néfaste dans tout cela ? En essayant de répondre à cette question, toute personne censée trouvera bien moins malsain les photographies de nudité artistique plutôt que les photographies ou vidéos de djihadistes. La pruderie n’étant pas la pudeur. Et dans certaines circonstances, et particulièrement aujourd’hui en tant que français(e)s, mieux vaut être pudique que prude.

Toute l’équipe de Zigzag vous alors convie au Palais des Beaux-Arts de Lille jusqu’au 16 janvier pour l’exposition « Joie de Vivre », où la culture n’y est pas bâillonnée. Vous pouvez voir en vrai la photographie « girl meets girl », 2001 de Gérard Rancinan avec Picasso, Véronèse, Murakami, Koons, Mappelthorpe…

© Gérard Rancinan, Girl Meets Girl

Array
(
    [titre] => La pruderie n’est pas la pudeur
    [texte] => 
    [nom_site] => 
    [url_site] => http://
    [modere] =>  
    [table] => 
    [config] => Array
        (
            [afficher_barre] =>  
        )

    [_hidden] => 
    [cle_ajouter_document] => 
    [formats_documents_forum] => Array
        (
        )

    [ajouter_document] => 
    [nobot] => 
    [ajouter_groupe] => 
    [ajouter_mot] => Array
        (
            [0] => 
        )

    [id_forum] => 0
    [_sign] => 238_238_article_
    [_autosave_id] => Array
        (
            [id_article] => 238
            [id_objet] => 238
            [objet] => article
            [id_forum] => 
        )

    [_pipelines] => Array
        (
            [formulaire_fond] => Array
                (
                    [form] => forum
                    [args] => Array
                        (
                            [0] => article
                            [1] => 238
                            [2] => 0
                            [3] => 
                            [4] => 
                            [5] => 
                            [6] => 
                        )

                    [je_suis_poste] => 
                )

        )

    [formulaire_args] => fQyo3QfJdkyD3Xx1V+SrQMrg/rSCKiV5Nwdp4OHddw5d6KMvnjKWj4c4MdU+awdh1S6SiDcCBf5qyfDsOUmORla+ChqjioxXLm5QCuf0dWP5QiEAcfTPj/REtXm6eqjI/pwC1HjpcU9o9IfJ
    [erreurs] => Array
        (
        )

    [action] => /spip.php?article238
    [form] => forum
    [id] => new
    [editable] =>  
    [lang] => fr
    [date] => 2017-06-28 05:50:47
    [date_default] => 1
    [date_redac] => 2017-06-28 05:50:47
    [date_redac_default] => 1
)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.